lundi, 31 octobre 2016 00:00

Les impacts du changement climatique sont réels, il faut réagir : ANSTS propose des solutions

" L’Accord mondial de la COP21 de Paris dans le cadre de la réalisation des Objectifs du Développement des Nations Unies ", est le thème animé par le Professeur El Hadji Salif Diop, membre de l’Académie nationale des Sciences et des Techniques du Sénégal (ANSTS). L’ANSTS a montré que les impacts du réchauffement climatique sont réels et déjà, il faut penser à des solutions…

Le président de la Commission de Communication, média et publications scientifiques, le prof El Hadji Salif Diop a montré pendant plusieurs minutes la monté des températures et leurs impacts due au dérèglement climatique. « Des mesures au sol et par satellite sont prises depuis des années démontrent l’augmentation de la température et des Gaz à Effet de Serre (GES) et de leur impact sur notre planète. C’est sur cette base que la décision est prise par les gouvernements pour signer des Accords en vue de trouver des solutions à ce dérèglement climatique », explique-t-il, faisant allusion aux Accords de la COP 21 de Paris.

Les membres de l’ANSTS pensent qu’il faut se hâter à trouver ces solutions. A savoir comment faire pour atténuer ces Gaz Effet de Serre ; comment faire pour nous adapter à ce changement climatique.  » S’il n’y a pas d’impacts directs du phénomène, nous constatons quand même une sorte d’amplification qui est très dangereuse », fait-il remarquer avant lister entre autres solutions:  la planification et à la gestion durable des ressources mais aussi en évitant de construire sur les espaces littoraux. Pour le Sénégal, aller au-delà de la loi sur le littoral, réduire tout ce qui détruit les bases alimentaires, faire l’économie de l’eau, gérer de manière efficiente les déchets qui polluent l’environnement, les récupérer et les transformer pour en tirer des richesses, former des jeunes pour avoir le maximum de scientifiques pour la future prise en charge de ces questions, l’implication des privés et des mouvements citoyens, des collectivités locales, …

Sur l’implication des scientifiques dans le combat contre le réchauffement climatique, le Prof El Hadji Salif Diop estime que le Maroc, organisateur de la COP 22 a été très proactif sur la question de l’implication des scientifiques dans la recherche des solutions du dérèglement climatique. «Une déclaration est dans le circuit universitaire et dans la communauté scientifique car il faut qu’il ait des  suivis des actions de la COP21. Des liaisons entre les pays africains en matière d’énergie renouvelable doivent être créées… »  Ferloo.com